• La Canne d'Honoré de Balzac, dite la canne aux turquoises
  • La Canne d'Honoré de Balzac, dite la canne aux turquoises
Artwork thumbnailArtwork thumbnail

La Canne d'Honoré de Balzac, dite la canne aux turquoises

Collection: The Writer
Author: Joachim Le Cointe
Date: 1834
Technics: Or et turquoise
Dimensions: 90 cm
Localisation: Relations familiales et professionnelles

Une baguette magique, une trique ou un sceptre…? Les contemporains de Balzac discutent extensivement cet objet, intrigués par son apparence anormal comme par la personnalité de son propriétaire.

Convaincu de l’imminence du confort financier, Balzac achète cet accessoire coûteux à crédit. La canne, commissionnée de l’artisan parisien Le Cointe (12 rue de Castiglione) et délivrée le 18 août 1834, se paie encore en avril 1835. Le prix signifiant (700 francs) se justifie par le pommeau d’or, fait avec des gravures fines et avec une constellation de pierres turquoises. La richesse atteste au succès de Balzac après les publications consécutives de plusieurs œuvres bien reçues, Eugénie Grandet en particulier. L’écrivain s’attend à une montée de prestige grâce au Père Goriot, qui est à ce moment en préparation. La période est aussi entrecoupée de succès émotionnels, avec Madame Hanska et ensuite avec la Comtesse Guidoboni-Visconti. Balzac possède d’autres cannes, comme “la canne aux singes,” commissionnée de l’artisan Froment-Meurice, qui elle aussi se trouve dans les collections de la Maison de Balzac. Les bijoux montrent les intentions d’un homme qui est inscrit et de l’Opéra et du Théâtre italien, et qui y apparaît dans la fameuse “loge infernale” fréquentée par les dandys. Arbitres de l’élégance, ils brandissent des cannes avivées par des bijoux raffinés mais discrets, dont la finesse contraste toujours avec la canne tapageuse de l’écrivain. Balzac considère que l’artiste règne sur le monde grâce au pouvoir de sa pensée, et qu’il a donc le droit de s’affirmer comme prince de la mode. Cependant, il est trop lucide pour ignorer le fait que, petit, rond, avec des dents ébréchés et avec ses cheveux graisseux, il ne correspond pas du tout avec l’image svelte et propre du dandy - eux que décrivent ses romans. Voulant montrer qu’il a de bon goût, il commissionne un accessoire excessif à tous égards : extravagant par la taille de son bracelet comme par le pommeau en or qui décore les armoires louées des Balzac d’Entraigues, une famille sans aucun lien de parenté avec l’écrivain. Ce bijou est inconvenant, parce que les pierres turquoises sont généralement associées avec les jeunes filles. Et qu’est-ce que la capsule au bout du pommeau pourrait contenir ? Une mèche de cheveux de sa maîtresse ? L’objet crée une sensation sociale intense ; des journalistes et des caricaturistes en empruntent immédiatement dans un concours créatif.

La canne témoigne aussi de l’amour qu’a Balzac pour Madame Hanska, dont la chaîne enfantine a fourni les glands, et Balzac peut fièrement lui parler de “ce bijou qui menace d’être européen...Et si quelqu’un vous diriez dans vos voyages que j’ai une baguette magique qui pousse des cheveux, qui fait apparaître des palais, qui crache des diamants, ne soyez pas choquée et riez avec moi” (30 mars 1835).

Cette canne est-elle, en fait, magique ? Delphine de Girardin, dans son roman La Canne de Monsieur Balzac (1836), constate qu’elle rend invisible celui qui la porte dans sa main gauche. “M. Balzac se cache afin d’observer ; il regarde, il regarde des gens qui pensent être seuls, qui pensent comme si personne n’avait jamais regardé pendant qu’ils pensent ; il observe des génies qu’il surprend au saut du lit, des sentiments dans leur peignoir, des vanités dans leurs pantoufles, des fureurs en chapeaux, des misères en vestes, et puis il met toutes ces morceaux de vous dans un livre.” Et bien, comment expliquer autrement la cohérence et la complexité psychologique de ses personnages ?

Further information

Activity - Balzac's cane

Conte inspiré par la vie et l'oeuvre de Balzac, et notamment la canne-fée qui
l'autorisait à se glisser dans la peau de toutes sortes de personnes ou d'animaux.