Éditions de Balzac

Balzac travaille à l'organisation de son œuvre à l'époque où il occupe l'appartement du rez-de-jardin. La Maison de Balzac s'efforce de conserver l'intégralité de ce monument littéraire : les éditions originales en premier lieu, mais aussi toutes celles, y compris contemporaines, à caractère rare ou précieux.

Parmi ces éditions figurent les œuvres de jeunesse (publiées sous pseudonymes), les pièces de théâtre (que Balzac rédige seul ou en collaboration), ainsi que les adaptations théâtrales auxquelles ses romans ont donné lieu. La bibliothèque conserve aussi plusieurs préfaçons ou contrefaçons belges, contre lesquelles Balzac, membre fondateur de la Société des Gens de Lettres, s'est insurgé au nom du respect du droit d'auteur.

Le fonds patrimonial comprend également de nombreuses éditions illustrées, auxquelles l'écrivain porte un intérêt particulier : grâce à sa fréquentation du milieu journalistique, Balzac connaît personnellement plusieurs dessinateurs parmi les plus doués de son temps et leur commande des "vignettes" destinées à illustrer son œuvre, contribuant ainsi à lancer la carrière de plusieurs artistes de renom. La première édition de ses œuvres complètes, l'édition Furne (1842-1848), est ainsi ornée de planches dues aux meilleurs crayons de l'époque. De 1852 à 1856 paraît l'édition Marescq, publication populaire illustrée de plus de 200 gravures sur bois originales ou empruntées aux éditions antérieures. Avec l'édition Conard publiée au début du XXe siècle, Charles Huard renouvelle l'iconographie de façon significative, avant l'avènement des éditions modernes, dont l'illustration est moins littérale.