• Acrostiche de Balzac signé par lui
  • Dessins au dos de l'acrostiche de Balzac signé par lui
Artwork thumbnailArtwork thumbnail

Acrostiche de Balzac signé par lui "George Sand"

Collection : L'écrivain
Auteur / Intervenant : Balzac / George Sand
Date : Août 1840
Matériaux et techniques : Encre noire sur papier vélin. Au dos, encre et crayon gris
Dimensions : 28,6 x 38 cm
Localisation : Réserve

« Elle se leva et leur dit ces étranges paroles :

Sage Oracle, Tu Triomphes ! Et Sais Un Important Secret Sur Elle. J’ai Une Science Qui Unit Et Sépare Alternativement Quelques Unités Anormales, Nouvellement Découvertes, Qu’un Utopiste (Être Timide Et Rationnel !) A Sobrement Travaillées, Utilisées, Décomposées Et Soumises Aux Usages Théoriquement Ordonnés.

Grotius Rapportait A Plusieurs Habitudes Excentriques, Sublimes, À Demi-Esséniennes (Système Généralement Expliqué) Nos Secrets Qu’un Utopiste Eut Traduits Unitairement En Mosaïsme. Belle Êve, Tu Es Sacrifiée !

  Le nouveau Verbe, (inédit)

              George Sand

Paris, août 40. »

Comme j’étais chez mon illustre amie, je me permets de mettre cette petite maxime

tirée de mes œuvres « Le femme est une étrange locomotive »

                                      De Balzac

On voit à quels jeux s’adonnent les écrivains. Bien qu’il soit ici en prose, un acrostiche est une pièce généralement rimée dont la première lettre de chaque vers (là de chaque mot) livre le sujet du poème. Avec un texte dépourvu de sens, Balzac adresse à George Sand cette phrase: « Sotte Suisse, jusque quand quêteras-tu des autographes à des gens que tu embêtes ? ». La collection d’autographes est à la mode au XIXe siècle et les écrivains sont régulièrement sollicités.

George Sand et Balzac entretiennent alors d’excellentes relations : Balzac publie fin 1839 son roman Béatrix dont l’une des principales héroïnes, Camille Maupin, est inspirée de George Sand. En 1840, il lui dédie les Mémoires de deux jeunes mariées et, l’année suivante, il lui demande de préfacer La Comédie humaine – ce qu’elle finit par refuser. Elle rédigera la notice de l’édition Houssiaux en 1853, après la mort de Balzac.

Les croquis maladroitement tracés au dos de ce court texte pourraient être des portraits de George Sand par Balzac dont l’absence de talent pour le dessin est avérée.